Philosophie de l'art

Philosophie de l'art

Discipline rare Non

Présentation

Taxinomie et dialectique en philosophie de l’art

Un geste récurrent en philosophie de l’art consiste à ordonner et classer, à identifier, pour un ensemble de phénomènes donné (pratiques, procédés, œuvres, médiums, etc.), les dénominateurs communs, les sous-ensembles pertinents, les différences fructueuses. Sur la base d’exemples choisis, le philosophe découpe et assemble des tableaux. Telle est sa pulsion taxinomique, indispensable à toute maîtrise conceptuelle du multiple. Cependant, ces tableaux apportent rarement satisfaction et se fissurent souvent d’eux-mêmes. Non parce qu’ils seraient mauvais ou inopérants (ce qui arrive parfois aussi), mais parce qu’il ne peut en aller

autrement. D’une part, l’empirie est toujours plus tortueuse et embrouillée que sa réduction taxinomique, de sorte que toute descente dans l’échelle des généralités ne peut opérer qu’au prix d’une démultiplication catégorielle sans fin (laquelle épuise la pertinence même du geste classificateur). D’autre part, le dynamisme historique des phénomènes artistiques a tôt fait de rendre caduques les catégories conceptuelles qui assurent leur mise en ordre provisoire. Enfin, le tableau est aveugle à la question de la valeur de ce qu’il classe, et ce faisant, aux raisons d’être du discours lui-même (à ce qui fait que cela vaut la peine de parler de ce dont on parle). Dès lors qu’on réintroduit cette question de la valeur (entendue réflexivement comme raison du discours), c’est la logique même du tableau qui s’effondre. Je propose de rassembler provisoirement ces trois motifs hétérogènes (désordre de l’empirie, dynamisme de l’histoire, et réflexivité axiologique) sous le beau et vénérable nom de dialectique.

Syllabus

Bibliographie indicative :

Adorno Theodor W., L’art et les arts, trad. J. Lauxerois et P. Szendy, Paris, Desclée de Brouwer, 2002.

—, Théorie esthétique, trad. M. Jimenez, Paris, Klincksieck, 2011.

Aristote, La poétique, trad. R. Dupont-Roc et J. Lallo, Paris, Seuil, 2011.

Batteux Charles, Les beaux-arts réduits à un même principe, Paris, Durand, 1746.

Genette Gérard, L’œuvre de l’art, Paris, Seuil, 2010.

Goodman Nelson, Langages de l’art, trad. J. Morizot, Paris, Fayard/Pluriel, 2011.

Hegel, Cours d’esthétique, trad. J.-P. Lefebvre et V. von Schenck, 3 tomes, Paris, Aubier, 1995-1998 (ou, à défaut, Esthétique, trad. C. Bénard revue, 2 tomes, Paris, Le Livre de Poche, 1997).

Kant, Critique de la faculté de juger, trad. A. Renaut, Paris, GF, 2015.

Diplômes intégrant cette UE

En bref

Contact(s)

Composante