Cours magistral 2

Cours magistral 2

Discipline rare Non

Présentation

Année 2017/2018

 Introduction méthodologique à la philosophie politique contemporaine

(Cours hebdomadaire, le lundi de 17h à 18h30, amphi Milne-Edwards, 26 séances).

Dans une société démocratique, les choix publics en matière économique, sociale et sociétale sont en principe le fait des sociétaires eux-mêmes. La réponse à des questions comme « faut-il taxer les très hauts revenus ? », « faut-il limiter l’immigration ? », « faut-il permettre l’euthanasie active ? » ne sont pas fournies par de Divins Législateurs ou des Philosophes-rois, mais par les sociétaires eux-mêmes, via leurs représentants.

Reste qu’à défaut d’être rois, les philosophes peuvent chercher à éclairer ou à critiquer les choix publics d’une démocratie. Car ces choix sont rarement le produit de décisions immotivées. Des raisons ultimes sont avancées en faveur de ces choix : réduire les inégalités, assurer la sécurité, étendre les libertés, etc. et ces raisons sont autant de valeurs dont ceux qui les invoquent estiment qu’elles devraient être reconnues et honorées par tous les citoyens d’une société démocratique.

Mais d’où ces valeurs tiennent-elles leur valeur ? D’où vient qu’il faudrait réduire les inégalités, assurer la sécurité, étendre les libertés, etc. ? Et peut-on faire tout cela simultanément ? Ne faut-il pas très souvent transiger entre des valeurs contradictoires ou les hiérarchiser ? Et dans ce cas, à quel type de société est-on conduit lorsqu’on donne systématiquement le pas à la liberté, à l’égalité, à la dignité, à la responsabilité, au mérite, etc. sur toutes les autres valeurs ?

L’objectif de ce cours, partiellement inspiré de l’ouvrage séminal de Brian Barry Political Argument, sera d’explorer la valeur, le sens et la consistance de ces raisons ultimes qui parsèment et structurent le discours politique contemporain. En partant de questions controversées, comme celles indiquées supra, on se rendra attentif à la manière dont on peut raisonner sur des questions politiques normatives, aux types d’arguments mobilisés, aux formes d’évidences invoquées, dans

le but, moins de connaître des doctrines de philosophie politique que de s’initier à la pratique de ce qui constitue sans doute le domaine le plus fécond et le plus actif de la philosophie politique contemporaine : l’éthique économique et sociale.

Syllabus

Indications bibliographiques : Christian Ansperger & Philippe Van Parijs, Éthique économique et sociale, Paris, La Découverte, “Repères”, 2000 ; Brian Barry, Political Argument, Berkeley, University of California Press, 19651, 19902 ; Daniel M. Hausman & Michael S. McPherson, Economic Analysis, Moral Philosophy and Public Policy, Cambridge, Cambridge University Press, 19961, 20062.

Diplômes intégrant cette UE

En bref

Contact(s)

Composante