• Composante

    PHILOSOPHIE

Discipline rare

Non

Description et objectifs

 Platon, Le Sophiste

Le Sophiste est un dialogue difficile de la maturité de l’œuvre de Platon. Ce dernier y prend pour objet, comme l’indique le titre, la définition du sophiste, personnage traditionnel des dialogues et de l’Athènes du IVe siècle. Mais l’entreprise de définition, exercice également habituel chez Platon, prend cette fois des proportions exceptionnelles. Elle amène l’Étranger, qui conduit l’échange avec Théétète, dans une recherche aux enjeux multiples. L’Étranger devra en chemin approfondir le sens de la méthode philosophique (la division dialectique) et proposer une définition de l’imitation, de l’être, du logos, du vrai et du faux. Le dialogue est souvent réputé réviser la conception platonicienne des Idées « séparées » (avec les cinq « grands genres ») et introduire contre ou, plutôt, avec Parménide, une ontologie nouvelle (l’être n’est rien d’autre que « puissance »). La « gigantomachie » qu’il met en scène le situe au centre de l’histoire des conceptions de l’être, comme Heidegger et avant lui Aristote, en Métaphysique N 2, en apporteront les preuves. Mais Platon y poursuit aussi d’une manière redoutablement précise son explication avec les sophistes et son analyse minutieuse des formes de simulacre. Le cours replacera le Sophiste dans la séquence à laquelle il appartient, entre le Théétète et le Politique, et en fera une étude linéaire aussi rigoureuse que possible, en montrant comment il s’inscrit dans une histoire antique des conceptions de l’être et du non-être, mais aussi dans le cours du travail platonicien pour penser la vie de l’intelligible.

Une bibliographie détaillée sera distribuée au début du cours. On pourra se reporter notamment aux ouvrages suivants :

 

Lire plus

Syllabus

Textes :

Platon, Le Sophiste, texte établi et traduit par A. Diès, Paris, Les Belles Lettres, 1925.

Platon, Le Sophiste, Nouvelle traduction par L. Mouze, Paris, Le Livre de Poche, 2019.

 Études :

Aubenque, P. (dir.), Études sur Le Sophiste de Platon, Naples, Bibliopolis, 1985.

Brunschwig, J., « La Théorie stoïcienne du genre suprême et l’ontologie platonicienne », dans J. Barnes et M. Mignucci (éd.), Matter and Metaphysics, Naples, Bibliopolis, 1988, p. 19-127.

Cornford, F.M., Plato’s Theory of Knowledge, The Theaetetus and the Sophist of Plato translated with a running commentary, Routledge & Kegan Paul, Londres, 1979 (1935).

Diès, A., Définition de l’Être et nature des Idées dans le Sophiste de Platon, Paris, Vrin, 1963 (1909).

Dixsaut, M., Platon et la question de la pensée, Paris, Vrin, 2000 ; Métamorphoses de la dialectique dans les Dialogues de Platon, Paris, Vrin, 2001.

Heidegger, M., Platon : Le Sophiste, Traduction française sous la direction de J.-F. Courtine et P. David, Paris, Gallimard, 1992.

Robin, L., Platon, Paris, PUF, Quadrige, 2000 (1935).

Lire plus